Richard III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Richard III

Message par Clément le Mar 6 Oct - 2:25

Richard III

A préciser qu’il s’agit de l’opéra interprété le 21
Septembre à l’Opéra National du Rhin, je sais que d’autres étudiants y ont
assisté .
J’ai pris quelques notes après la représentation, je
trouvais dommage de ne pas vous les faire partager. Je vais donc vous les
inclure dans un petit rapport de ma soirée, en plus de vous donner de l’info,
ça vous donnera peut-être envie d’aller à l’opéra =3.
A préciser également que je ne connaissais pas l’histoire de
Richard III, n’ayant pas lu la pièce ni vu aucune représentation auparavant.
Excusez mon manque de connaissance et la bien faible épaisseur de mon analyse
par avance, mais bon, on est pas là que pour ça hein, heureusement pour moi.

Prélude
(Waaaaa, déjà le titre comment il en jette ! Il est trop
fort ce bonhomme =3)
19h40, et arrivée devant l’opéra, les yeux ronds comme des
billes (ou de merlan fris au citron si ça vous inspire plus ) en levant
la tête, ébahi devant le bâtiment, pourtant je le connais. « Wow, c’est dans ça que je vais aller ?! » (comme
si je le savais pas). Né à Strasbourg de parents d’origines modestes, j’ai
pourtant l’impression de faire partie de l’aristocratie bourgeoise du XIXième
siècle sur le moment (c’est génial !). J’attends, j’hésite, et fébrilement
(oui bon, pas si fébrilement que ça, ok !) je monte les premières marches
pour accéder au perron. La plupart des personnes ont l’air dans leur élément, moi
ça me fait tout drôle (quand même é_è). Je croise quelques regards, on
m’adresse quelques sourires, c’est en gentilhomme que je gravis les quelques
marches (=D), mais j’avoue que je suis un peu dérouté (^^’), c’est assez
terrible. J’arrive sur le palier, je passe les premières portes, un sourire, « bonne soirée monsieur », et
c’est au 4ème étage que je monte. On m’assigne ma place (merci
mademoiselle ).

Premier acte
(Allez on va être plus sérieux, enfin je vais essayer)
Tout commence sur 12 tonnes de sable teinté. Il est rouge,
bordeaux et rouille par endroit. Il aura la symbolique du sang, de la terre
souillée par celui-ci tout au long du spectacle. Le roi d’Angleterre y gît (qui
est-il ?), mort (allongé, la chemise teintée de sang, sa couronne à
l’abandon). Premières interrogations : le sable est-il rouge parce qu’il
est teinté par le sang du roi ? Et est-ce un acteur qui gît là ? Il
est immobile, et l’était déjà à l’entrée des premiers spectateurs dans la
salle. Le metteur en scène n’a pas voulu qu’on le voit comme un acteur, c’est
un mort qui est sur scène.
Autre constatation : derrière, des gradins. Je n’ai
jamais été dans un opéra, mais à ma connaissance il n’y en a pas sur une scène.
A l’évidence ceux-ci ont été montés pour le spectacle.
Je m’installe, je pense à la localisation de mon siège (je
me dis que je vais peut-être le délocaliser, m’enfin si je l’arrache ils seront
peut-être pas très content), finalement c’est pas mal ici en y réfléchissant. Et
l’opéra commence. (Fiou, on arrête de rire, allez. Tout seul en plus).

Généralités :
Tout au long de l’opéra, on remarque l’importance du sable,
et on en comprend la symbolique. Plus l’opéra avance, plus Richard, un Richard
démagogue, prêt à tout pour accéder au trône, colore ce sable des crimes qu’il
perpétue. Celui-ci fait obstacle ? Qu’on le tue. Tu me rejettes ? Tu
disparaîtras. Il complote, tente d’empêcher les prétendants d’accéder au trône
et fait exécuter pour arriver à ses fins si cela est nécessaire. A ce titre,
les éclaboussures sont matérialisées par le sable, et ce même sable matérialise
également la terre. On voit ce sable comme coloré par le sang. La terre a perdu
un roi, la terre souffre des pulsions de Richard. Les personnages marchent sur
une terre rouge de sang. (Oo)
On remarque également l’importance des gradins : un
dénivelé, sur lequel les acteurs sont tantôt spectateurs, tantôt acteurs ;
tantôt coupé de la scène, tantôt faisant partie intégrante de celle-ci. Ils
sont les estrades d’une chambre, les escaliers d’un palais, d’une place, un
balcon, un espace pour le chœur, un champ de bataille, une partie de
l’Angleterre. Le choix s’apparente bien à la mise en scène de mon point de vue,
les décors étant minimalistes. ()
On remarque la blancheur des visages, les acteurs sont comme
des fantômes sur scène, comme maladifs. C’est peut-être finalement le mal-être
qui ressort sur les visages, le malaise ressenti quand à l’absurdité du monde
ou la froideur de la société. On ne peut émettre que des hypothèses à ce sujet.
Le procédé fait également ressortir les couleurs sur scène.
Je parlerai de la relation acteur-spectateur : c’est
alternativement un 4ème mur qui est monté et le public qui est pris
à partie comme le peuple d’Angleterre (Richard s’adresse à lui, par des mots,
par des signes). La transition ne se fait pas voir et on se laisse prendre au
jeu, le geste obscène de Richard n’y gâche rien.
On voit quelques anachronismes tout à fait volontaires tout
au long de la pièce. Elle est, si on peut dire, remise aux goûts du jour. Je
m’explique : des acteurs en costumes, brandissant des pelles en guise
d’épées, de haches ou … de pelles (ça ce n’est pas de l’anachronisme mais ça
mérite d’être cité, on revient à l’aspect minimaliste de la pièce) et des
parapluies (heu, Richard III, attends je situe, ça, ça m’en a tout l’air, j’ai
faux ?), des jouets du XXième le temps d’une scène
(la encore juste histoire d'évoquer une chambre d'enfants) et … c’est
tout en fait, je crois que j’ai rien oublié. Ca m’en a tout l’air .
Aussi un éclairage particulier (eh oui, c’pas que pour faire
focus ou pour faire joli l’éclairage) qui change l’aspect de la scène, faisant
passer le sable d’une jolie couleur saumon (on en mangerait) à une couleur dark
red (la moins du coup, à part pour les amateurs de charolaise très saignante
^^’). L’éclairage remplit en somme une fonction, la encore, indissociable de
cette mise en scène.
Et puis faisons une fleur à l’orchestre qui vaut bien son
paragraphe, avec le caractère rebondissant, grandiose de la musique, qui,
couplé à certaines scènes comme le champ de bataille dévasté, nous sublime
littéralement (c'est-à-dire littéralement nous arrache les mots de la bouche).
Certaines scènes ne sont pas sans rappeler certains tableaux impressionnistes,
et la musique n’y est pas pour rien. Et puis, sans trop me mouiller, on peut
pas dire qu’il était mauvais cet orchestre =3.

Ah voui, du coup j’ai un peu oublié ma structure, donc je
vous le fais maintenant :

Entracte (=D)
Eh bah quand t’as 1h30 de travail de ciboulot derrière toi
(je sais pas si ça se dit), crois moi que t’es content de t’échapper 20
minutes. Je croise ma prof d’anglais de l’an passé au passage (ah,
fuyons !!), mais non tu parles, tu te fais toujours repérer dans ces cas
là (ah oui, j’ai oublié de préciser que l’opéra était en anglais,
compréhensible même, si si !) donc vaut mieux l’aborder et du coup bah tu
discutes bien 5 minutes, et tu sors 
Wow, ça fait du bien, un peu d’air, enfin ! T’étouffais
avec la vieille à côté, et dire que tu te la tape encore 1 heure après,
malédiction …
Tu inspires, expires, je te fais pas de tableau, compris tu
m’as.
Pis le gong sonne et tu repars pour 1h , avec
motivation, s’il te plaît !

Second acte (parce
qu’il y en a pas après, c’est soulageant limite, pas que j’aime pas les
fauteuils mais bon)
Oh misère, j’ai oublié de dire que dans le premier on vit  l’ascension de Richard et son accession au
trône, les mains couvertes de vous savez quoi, j’en ai marre de le répéter, eh
bah dans le second on vit sa chute , même qu’il y a une bataille avec un
pecno de France dont je sais plus le nom mais qui est très fort, très vertueux
et très courageux, et c’est la bataille dont je vous parlais avant, et même
avant ça, la nuit précédant le combat pour être exact, y’a même les morts de Richard
avec la tête sous le bras, comme quoi vous avez vraiment tout raté pour ceux et
celles qui étaient pas là ! Et puis donc la chute, la réconciliation de
l’Angleterre et de la France, un roi juste pour l’Angleterre ect. … (pour plus
de références et une histoire mieux racontée, y’a le bouquin, que je pourrai
faire passer d’ailleurs dès que je l’ai terminé ). Et donc voilou !
Tu sors et … putain de soulagement, c’était chouette, mais bon, je refais pas
ça tous les soirs. Au passage un p’tit bonjour à des étudiants de la promo, et
notre héros se rentra dans sa maison .

The End !


Et bon, pour conclure un peu plus sérieusement : une
pièce de théâtre à la base, transformée et j’ai cru comprendre, simplifiée pour
devenir un opéra qui a tout ses attraits, ancré dans la modernité, et le
metteur en scène nous a proposé la une adaptation que personnellement je n’ai
pas refusée , et j’ai trouvé chouette ma première fois à l’opéra ^^. (Je
sais que j’ai pas tout vu et que tout ça est encore bien superficiel).
En espérant vous avoir convaincu d’avoir trop chaud et de
vous tortiller pendant plus de 2 heures dans un siège d’opéra pour y voir
quelque chose à la scène,
et puis en espérant que mon commentaire vous a pas
déplu ,
je reste à disposition si vous avez des questions ou comme
dit pour le prêt du livre dans quelques temps ^^.

Et puis à bientôt ici ou au détour d’un amphi =D


Clem

Clément

Nombre de messages : 23
Age : 26
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard III

Message par Clément le Mar 6 Oct - 2:33

=3

Clément

Nombre de messages : 23
Age : 26
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard III

Message par Invité le Mar 6 Oct - 17:42

Très sympa tout ça ^^ Ca m'a donné envie de lire la pièce du coup.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard III

Message par Invité le Lun 12 Oct - 23:14

Très sympa et bien écrit. Smile

J'étais assez mal placée, sur le côté au 3ème balcon mais du coup je voyais l'orchestre, la scène et les spectateurs et j'ai trouvé ça intéressant, la madame avec avec son chandail qui brille et tout...
Par contre, j'avais vu un Richard III monté par Ludovic Lagarde avec Laurent Poitrenaux et je l'ai trouvé plus fort, même pas à cause de la mise en scène qui avait beaucoup de références communes avec celle ci. Mais je trouve, et c'est peut être un peu fermé, que le langage parlé et nettement plus fort que le langage chanté. je préfère "désespère et meurs" que "Désespèèèèère et meurrrrs !"
Mais bon. J'ai beaucoup aimé ce spectacle.Ces merveilleux parapluies et hauts de forme à la Magritte, très flippants d'ailleurs.
Une bien belle soirée !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard III

Message par Clément le Jeu 22 Oct - 0:41

Very Happy

Clément

Nombre de messages : 23
Age : 26
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard III

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum